Accueil > Actualité > 2017 > Atelier Gros temps

Atelier Gros temps

} 20 février 2017

Compte rendu résumé de notre atelier “Cargo”  du 14 janvier dernier

Naviguer dans le gros temps
Atelier présenté par Claude Fourcade et Claude Chapelet
Introduction : La notion de gros temps
– Elle est toute relative d’un bateau à l’autre et d’un équipage à l’autre. Si l’équipage et le
bateau ne sont pas adaptés à une situation de gros temps, il leur faut regagner au plus
tôt un port ou un abri. Le bateau ne peut plus faire route normalement, et tous les
risques sont pris.
Préparation du bateau à l’annonce du gros temps :
– L’équipage doit porter gilets et harnais. Anticiper et préparer des boissons chaudes et
des repas. Bloquer à l’intérieur du bateau tous les objets et amarrer tout sur le pont à
l’extérieur. Préparer le radeau de survie ainsi que des sacs étanches contenant VHF
portable, papiers du bateau et papiers personnels, vêtements chauds, nourriture et
boissons, … (on ne sait jamais)
Lorsque la navigation dans des conditions normales n’est plus possible, des solutions
existent :
– En premier lieu la cape courante : réduire la voilure au maximum et virer de bord sans
toucher la voile d’avant qui est alors à contre, et laisser la barre sous le vent. Le bateau
se positionne de ¾ face aux vagues, seul.
– La cape sèche, se prend à sec de toile, barre sous le vent pour se retrouver dans la
situation de la cape courante.
– En dernier lieu la fuite qui se prend soit à sec de toile, soit avec un tourmentin. On court
dans le sens des vagues et toute la difficulté est d’ajuster sa vitesse à celle des vagues.
Se freiner si nécessaire avec une ancre flottante ou des trainards.
– Toutes ces allures ne sont possibles que s’il y a de l’eau à courir devant. Dans le cas
contraire, choisir si possible une plage. Jeter un mouillage le plus important et le plus
long possible en dernier recours avant le drossage à la côte.
– Pour les monocoques dériveurs et les catamarans dotés de dérives, régler celles-ci à mihauteur
et ajuster si nécessaire.
Les bateaux à moteur prennent la cape avec le moteur sous le vent en régime plus rapide,
et en se positionnant de ¾ face à la vague.
Conclusion :
– D’excellents ouvrages relatent les techniques de navigation par gros temps. Informezvous
et surtout n’hésitez pas à sortir votre bateau par des vents un peu forts avec un
équipage expérimenté. Vous vous mettrez en situation et vous pourrez tester telle ou
telle technique. Rien ne vaut la pratique pour mieux se préparer à l’improbable bien sûr.
Si un jour vous êtes confrontés à la tempête, la théorie plus la pratique en simulation
comme vu précédemment, vous aideront à ramener votre bateau et votre équipage à
bon port. Cet atelier s’est conclus par le récit et quelques savoureuses anecdotes de
Claude Chapelet, « tourdumondiste » durant plus de 10 ans.

PARTAGER

Les derniers articles

Catégories

A lire aussi sur Ycar

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de notre ami Rémy Saumier. Rémy a été pendant des années le Vice-Président “Moteur” du club. Membre très actif, il a...

Rallye Croisière Pour cause des deux tours des élections législatives le rallye croisière prévu les 29 & 30 juin est reporté aux 7 & 8 septembre. Dommage  ! Croisières d’été...

Magic Marck ! A bord de son Surprise “Indigo” notre ami Marck Howell-Jones (licencié au club) survole sa classe dans toutes les compétitions auxquelles il participe. 1er  Spi Ouest France...